Des migrants interceptés


dans le port de Ouistreham… par une entreprise de sécurité privée
Selon un document que Mediapart s’est procuré, une entreprise de sécurité privée intercepte des migrants dans le port de Ouistreham (Calvados). Et les remet aux gendarmes. Détails.
Publié le 7 Août 17 à 17:22 Voir les commentaires

 

Des agents de sécurité d’une société privée interceptent des migrants sur le port de Ouistreham, près de Caen (Calvados). (©Liberté-Le Bonhomme libre)
Une entreprise privée a-t-elle le droit d’arrêter des migrants, en lieu et place des forces de l’ordre ? C’est la question que pose Mediapart, dans son article publié samedi 5 août 2017. Document à l’appui, la journaliste à l’origine de l’article démontre que les agents de la société privée Sécuritas, en charge de la sécurité du port de Ouistreham, près de Caen (Calvados), ont « intercepté » des migrants.
LIRE AUSSI : Menace terroriste et afflux de migrants : le port de Caen-Ouistreham renforce sa sécurité
« Aucun pouvoir de police »
Securitas n’a aucun pouvoir de police, assure le directeur des équipements portuaires du port Caen-Ouistreham, Antoine de Gouville, dans l’article de Mediapart. Les agents doivent opérer un contrôle des accès, des véhicules et des personnes pour s’assurer que les gens qui entrent sur le port sont documentés pour le faire.
En février 2017, Gérard Delaunay, vice-président de la CCI Caen-Normandie, qui gère le port de Caen-Normandie, indiquait à Normandie-actu : « Lorsque nos vigiles (25 postes équivalent temps plein) interpellent un migrant, ils ne sont pas habilités à faire quoi que ce soit. Ils les remettent ensuite aux gendarmes, mis à disposition par la préfecture ».
C’est donc à la préfecture que revient
LIRE AUSSI : Dix migrants, dont trois enfants, retrouvés en hypothermie dans un camion frigorifique en Normandie
Securitas dans son droit, selon la préfecture
Le cabinet du préfet confirme à Mediapart que les agents de sécurité privée peuvent effectivement « appréhender l’auteur d’un délit flagrant et le conduire devant les forces de sécurité ». En l’espèce, le délit consiste à s’être introduit sans autorisation dans la zone d’accès restreint du port. « C’est à ce titre que les agents de Securitas peuvent être amenés à appréhender des personnes. Ils les remettent ensuite aux militaires de la gendarmerie départementale. »
LIRE AUSSI : Calvados. Manifestation contre les migrants, à Ouistreham. Le maire « très surpris »
Depuis le 1er janvier 2017, 66 personnes ont été interpellées puis conduites au centre de rétention de Rennes, dont 29 en provenance du port de Ouistreham. Marine De Haas, responsable de la Cimade, s’inquiète auprès de Mediapart de voir des professionnels de la sécurité se charger des interceptions, alors qu’ils « ne sont pas formés à interpeller des personnes migrantes, demandeuses d’asile, des femmes enceintes ou des mineurs ».
Comment, dans de telles conditions, s’assurer que leurs droits soient garantis ?, questionne le site internet.

https://actu.fr/normandie/ouistreham_14488/migrants-interceptes-port-ouistreham-entreprise-securite-privee-selon-mediapart_11463392.html?utm_source=newsletter&utm_medium=newsletter&utm_campaign=La+pause+info+de+Libert%C3%A9+Le+Bonhomme+libre